Archives pour la catégorie Religion

Quinze ans après

92333210_oÀ l’époque, il en a fallu du temps, beaucoup de temps, pour chasser la stupéfaction, l’horreur, la tristesse, la colère, puis une forme inédite de désespoir, qui nous ont alors habités. Ensuite sont venues les questions et les tentatives de donner un sens au 11 septembre 2001.

Tout de suite, les Américains ont demandé: pourquoi nous haïssent-ils tant? Et ils se sont précipités sur le Coran pour comprendre: le livre est aussitôt entré sur les listes américaines de best-sellers. Encore ignoraient-ils qu’après une brève pause («Nous sommes tous Américains»), l’animosité à leur endroit ne ferait que croître et croître encore, partout dans le monde.

Pendant ce temps, les coeurs saignants brandissaient les «root causes», toujours les mêmes: impérialisme, exploitation, pauvreté, exclusion et compagnie. Or, les 19 hommes du 9/11 étaient pour la plupart instruits, provenaient de pays riches et de familles à l’aise, agissaient sous l’inspiration d’un gourou multimillionnaire…

Enfin, les affairistes et les prêcheurs ont tonné: les terroristes gagneront si… si nous cessons de faire du shopping, si nous ne prenons plus l’avion, si nous cédons à la haine envers les musulmans, si, si, si…

C’était puéril!

Pourtant, l’interrogation demeure pertinente. Les terroristes ont-ils gagné?

attentat-volgograd-sotchi_4650788Oui et non. Le fait est que nous avons beaucoup perdu. Perdu de gros morceaux des attributs qui font de notre civilisation ce qu’elle est. Ou plutôt ce qu’elle a été. Après le 11 septembre 2001, l’Occident a en effet réagi comme s’il cherchait à participer à sa propre destruction. On y a vu se déployer moins d’intelligence que d’ineptie; moins de courage que de capitulation; moins de raison que de superstition.

 

L’intelligence?

Sous Bush fils, l’Amérique n’a eu rien de plus pressé que de se précipiter vers la faillite économique, diplomatique et morale. Elle a entrepris deux guerres, l’une inutile, l’autre mal conduite. La diplomatie américaine a choqué presque tous ses alliés, le degré zéro de l’amitié bilatérale étant atteint avec le Pakistan, cette contrée de 180 millions de musulmans violemment antiaméricains assis sur des ogives nucléaires. Enfin, se faisant fort d’exporter la démocratie, les États-Unis ont créé Guantánamo, promulgué de douteuses lois spéciales, bricolé un appareil de sécurité kafkaïen. aujourd’hui composé de 1200 sociétés publiques et 2000 compagnies privées!

Le courage?

Peut-être l’événement fondateur du XXIe siècle aura-t-il été, non pas le massacre du 9/11, mais l’affaire des caricatures danoises de Mahomet. Quel symbole, en effet, de la capitulation de l’Occident sur le terrain de ses valeurs fondamentales! Car le chantage a fonctionné. Peu de médias ont osé reprendre les caricatures (même l’Université Yale les a omises dans un bouquin sur le sujet!) Et ceux qui l’ont fait, comme Charlie Hebdo, l’ont payé cher…

Combien d’autres capitulations avons-nous consenties?

Accréditer l’idée que l’Occident est devenu islamophobe en est une. C’est faux. Partout, les crimes haineux continuent à accabler surtout les juifs, les Noirs et les gais. Cela n’a pas changé, quelles que soient les lamentations des islamo-gauchistes, séduits par la haine antiaméricaine, le dogmatisme austère et la violence «révolutionnaire» des djihadistes.

La raison?

En «googlant» le 11 septembre 2001, on obtient des milliers d’exposés fous à lier sur le complot, sur l’«inside job». Anecdotique? Non. L’internet est le principal tuteur des générations qui montent. Fréquentant ce fleuron technologique de notre civilisation, ces générations sont dorénavant dressées à croire absolument n’importe quoi. Est-ce bénin?

Et le retour en force de la folie religieuse, bénin ça aussi?

maxresdefaultNous ne comprenons toujours pas la formidable puissance de l’« idée » islamiste. En témoigne le recrutement croissant de djihadistes en Occident, à la fois chez les ressortissants étrangers venus y vivre, ou chez leurs fils et filles, ainsi que chez les convertis. Et nous ne savons que faire. Qu’est-ce qui n’a pas été essayé dans cette guerre asymétrique où le potentiel militaire classique ne sert visiblement à rien? Et où une seule des deux parties (nous!) est sommée d’être rigoureusement morale ? Surtout, surtout : comment combat-on une « idée », en particulier lorsque cautionnée par un dieu, aussi irrationnelle, immorale et assassine soit-elle ?

Il faut désormais accepter avec tristesse le fait que le 11 septembre 2001 a détruit beaucoup d’illusions. Notamment celle voulant que le progrès soit une route à sens unique qui, sans accident possible, va d’une préhistoire violente, ignare et misérable jusqu’à une société toujours plus paisible, éclairée et confortable.

Ce n’est pas le cas. La caverne n’est jamais loin. La barbarie menacera toujours. Tout comme notre goût à nous, Occidentaux, pour l’autoflagellation et le suicide collectif.

Abonnez-vous à ce blogue en entrant votre adresse courriel au bas de la page.

2016 sera une bonne année pour l’islamisme

Dans la nuit du 31 décembre 2015 au premier janvier 2016, des centaines de femmes ont été assaillies (du vol au viol) sur des places publiques surtout à Cologne, mais aussi dans plusieurs autres villes européennes. Par la suite, on a assisté aux absolutions accordées par la gauche régressiste *, notamment féministe, aux assaillants en raison de la couleur de leur peau, de leur origine ethnique, de leur appartenance religieuse.

De Kichka (Le Monde).
De Kichka (Le Monde).

Cette <tolérance> à la misogynie violente et organisée était inédite, spectaculaire. De sorte qu’elle a détourné l’attention d’une série d’événements pourtant digne du Guinness si ce célèbre livre des records possédait une rubrique <Massacres, Boucheries et Tueries diverses>.

Voici l’affaire: depuis les premières minutes de 2016 et jusqu’à hier, près d’une vingtaine d’attentats en 20 jours sont attribuables aux tueurs islamistes **.

Attentat-suicide-a-Jalalabad

  • Vendredi, 1er : trois personnes, dont un enfant, tuées dans un restaurant à Kaboul.
  • Samedi, 2 : sept morts en Inde lors d’une attaque perpétrée par  le groupe Jaish-e-Mohammed.
  • – Mardi, 5 : le groupe Boko Haram tue 7 personnes dans le nord-est du Nigéria.
  • Mercredi, 7 : 65 morts à Zliten (Libye) revendiqués par le groupe État islamique en Libye.
  • Mercredi, 7 : exactement un an après la boucherie de Charlie Hebdo, Tarek Belgacem attaque au hachoir à viande un commissariat de Paris en criant Allahu Akbar.
  • Lundi, 11 : prise d’otages, voiture piégée et fusillade revendiquées par l’État islamique à Bagdad et à Mouqdadiyah (Irak): 34 morts.
  • Lundi, 11: en France, un enseignant juif blessé à la machette à Marseille par un adolescent turc se revendiquant de l’État islamique.
  • Mardi, 12 : un attentat-suicide attribué à l’État islamique fait 10 morts à Istanbul.
  • Jeudi, 14 : à Jakarta (Indonésie), l’État islamique tue sept personnes, dont un Québécois.
  • Vendredi, 15 : 30 morts, dont six Québécois, tués à Ouagadougou (Burkina Faso) par le groupe Al-Qaïda au Maghreb islamique.
  • Dimanche, 17 : à Jalalabad (Afghanistan), l’État islamique tue 14 personnes (photo).
  • Lundi, 18 : le groupe Boko Haram tue quatre musulmans dans une mosquée du village de Nguetchewe (Cameroun).
  • Mardi, 19 : au moins neuf personnes tuées dans un attentat-suicide contre un marché public à Peshawar (Pakistan).
  • Mercredi, 20 : au moins 20 morts, enseignants et étudiants, dans une attaque des talibans pakistanais contre l’université de Charsadda (Pakistan).
  • Mercredi, 20 : un attentat suicide vise des journalistes de Tolo News (chaîne afghane d’information continue), tuant sept personnes.
En terminant, je veux juste signaler qu’il reste 11 mois et 10 jours à vivre -et à mourir- avant la fin de l’année 2016.

* <Régressiste> est un néologisme de mon cru, plus exact que <régressif> (directement inspiré de l’anglais) en ce que la réalité ainsi décrite est l’exact contraire de <progressiste>. La gauche régressiste a en effet abandonné tout ce qui concourt au progrès, de l’anti-racisme aux droits de la femme.

** Liste établie à partir de diverses sources dont la principale est une compilation de Wikipedia. Elle n’est pas exhaustive. Ainsi, au moins six attaques ont frappé Kaboul (Afghanistan) depuis le début de l’année sans qu’on en connaisse les détails.

– Abonnez-vous à ce blogue en entrant votre adresse courriel au bas de cette page.

Les invasions barbares *

151113_eh6cw_bataclan-survivant_sn635Tout le monde a compris, maintenant? Tout le monde? Même les idiots utiles qui se conduisent servilement, en toute rectitude politique, comme des compagnons de route de l’islamisme? Ça aura pris du temps! Le massacre de Paris était le… 28ième attentat ayant fait plus de 100 victimes depuis le 11 septembre 2001 (cela n’inclut pas, par exemple, le <petit> bain de sang de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher).

En un mot, certains sont durs de comprenure

Les 3000 morts du World Trade Center: bof, c’était juste des salopards d’Américains, n’est-ce pas? Les trains de Madrid (200 morts): bof, on ne connaît pas trop bien les Espagnols et on s’en fout. Le métro et les bus de Londres (60 morts): bof, au diable les British, on ne les aime pas beaucoup de toute façon. Et Boston. Et Mumbai. Et Bali. Et Beyrouth. Et les snuff movies d’égorgements. Et les milliers de femmes vendues et violées à la chaine. Bof, bof, bof, bof **.

Mais un tel massacre en France? À Paris? Au Bataclan, ce haut lieu de la culture sporadiquement fréquenté par la branchouille québécoise? Sur les trottoirs, dans les restos, aux terrasses de Paname, où nos élites s’ébrouent aussi à l’occasion ?… Ah ça, non! Non, non et non! Ça, c’est l’horreur, la vraie! Cette fois-ci, on peut vraiment parler de barbares!

Entendons Pascal Bruckner (dans Le Figaro):

3888-100233080.jpg<L’esprit humain est fait de telle sorte qu’il cherche toujours à exonérer l’horreur. C’est ainsi que des intellectuels *** nous ont expliqué que nous payions nos propres fautes. Bref, les victimes seraient coupables et les tueurs désespérés. La culture de l’excuse est à son comble.  Au moins les attentats de janvier (Charlie Hebdo) avaient-ils un semblant de connexion rationnelle. Il fallait éliminer ceux qui avaient ridiculisé le prophète. Cette fois, il n’y a pas de symbole. La faute des gens du Bataclan, c’est d’exister. C’est notre civilisation, ouverte, tolérante et libérale que les kamikazes veulent détruire. Trop souvent, hélas, avec la bénédiction de l’ultragauche.>

Mais peut-être suis-je trop optimiste. Tout le monde n’a peut-être pas compris, après tout. On entendait encore l’écho des kalachnikovs au Bataclan que, déjà, l’Occident était mis en accusation sur les réseaux sociaux et à la télé d’info 24/7. <Ce qui est le plus à craindre, c’est l’islamophobie!> pontifiait une tête parlante de chez nous, alors de passage à Paris. Ah oui? C’est vrai? L’islamophobie? Dites-moi: combien de morts l’islamophobie a-t-elle faits récemment à Paris, ou à Montréal, ou même à… Hérouxville? Combien?

Les vrais islamophobes, ceux qui tuent des musulmans (et bien d’autres) par milliers, ce sont les islamistes. L’a-t-on enfin compris?

*        *        *

Reste que Paris constitue bel et bien une cible particulière.

Rue-de-La-Roquette-Quartier-Bastille-nuit-_-630x405-_-©-OTCP-Marc-Bertrand-_-178-33_block_media_bigAvec Athènes, avec Rome, Paris est un berceau de notre civilisation. C’est la ville des Lumières. Et pour nous, en plus, c’est la Mecque (si j’ose dire) de la culture française. Paris est un gigantesque monument élevé à la Beauté. Ses théâtres, ses musées, ses salles de concert (dont, bien sûr, le Bataclan) alimentent un bouillon de culture sans équivalent. Ses rues et ses buvettes sont perpétuellement grouillantes d’un peuple allumé et goguenard abonné à la vie, au plaisir, au vin, à la bonne chère, à l’amour, à la fête.

C’est tout cela que les barbares ont visé, évidemment, au nom de leur dieu vengeur, de leur puritanisme haineux et de leur culte de la mort -c’est ce qu’ils ont clairement énoncé dans leurs communiqués et il faut les croire.

*        *        *

Un de ces jours, je vais me soigner, avaler des tas de pilules et me guérir de mon indécrottable optimisme.

Déjà, je ne suis plus très sûr de croire au progrès. À cette sorte de progrès qui nous a menés de la caverne jusqu’à cette civilisation, la nôtre, qui est malgré ses défauts la plus humaine, ouverte, savante, informée, cultivée, prospère et confortable qui ait existé sur cette planète.

Maintenant, je ne suis plus du tout certain que ça va continuer.

Notre civilisation ne sait plus comment se défendre, en effet, et n’en a plus vraiment le goût ****. Elle se déteste elle-même, ne cesse de se mortifier, de s’agenouiller et de demander pardon. Une partie importante et bruyante de ses élites se range objectivement du côté de ses ennemis. Et cette même élite se bat souvent contre les grands principes qui ont permis le progrès et nous distinguent des barbares, de la liberté d’expression à la préséance du Droit en passant par l’égalité (notamment des femmes) ou la laïcité.

Vous croyez que nos droits et libertés sont des acquis indestructibles? Vous êtes formidablement naïfs! De véritables petits Justin <peace and love> Trudeau! Il n’est pas impossible, je le crains maintenant, que notre civilisation soit en train, non pas d’être vaincue puisqu’elle aurait les moyens de la victoire, mais de se suicider, tout simplement.

* Titre qui se veut un humble hommage au chef-d’oeuvre de Denys Arcand (2003).

** Il y a deux ans, je signais un éditorial dénonçant le sort ignoble réservé aux femmes par l’État islamique et le régime syrien. Immédiatement, on répliquait en substance (et ça venait de personnes instruites et cultivées): Ce ne sont pas seulement les autres qui oppriment les femmes! Nous, ici, n’avons pas de leçons à donner: notre publicité est parfois sexiste! Je ne blague pas.

*** C’est pareil au Québec où nous bénéficions aussi des homélies bien-pensantes d’une poignée de politiciens, professeurs et autres commentateurs islamophiles pourfendeurs d’islamophobie.

**** En Grande-Bretagne, davantage de jeunes citoyens sont partis en Syrie joindre les rangs de l’État islamique que ceux ayant opté pour le combattre au sein des forces armées. C’est un fait inédit dans l’Histoire: notre civilisation permet à ses citoyens de se battre, soit pour, soit contre, leur propre nation, au choix de chacun!

– Abonnez-vous à ce blogue en entrant votre adresse courriel au bas de cette page.