Le corridor et le poulet

corridor_hopitalÀ tous points de vue, le Québec se décompose 

La chose m’a frappé comme une tonne de briques.

Il y a quelques jours, le massacre islamiste perpétré à Lahore (Pakistan) * a tué 74 personnes et en a expédié près de 400 à l’hôpital. Dans les médias, un membre du personnel soignant s’est plaint: Nous sommes débordés au point où nous devons soigner les gens dans les corridors! Euh… Ne s’agit-il pas de ce que nous faisons chaque jour au Québec depuis des décennies, sans avoir l’excuse du sous-développement ou d’une catastrophe, et malgré les dizaines de milliards jetés année après année dans ce gouffre sans fond?

Autre étonnement, qui concerne cette fois-ci la vente du Groupe Saint-Hubert à un conglomérat ontarien.

rotisserie-st-hubertN’est-il pas déroutant, en effet, qu’il ne se soit pas trouvé un seul homme d’affaires québécois, pas un seul, pour racheter une entreprise établie, florissante, profitable, populaire, par définition à l’abri de la délocalisation et même jusqu’à un certain point de la concurrence? Et ce, même avec l’aide tacitement promise par le bras financier de l’État? Le chialage habituel s’est limité à pourfendre le vendeur, Jean-Pierre Léger, ainsi que celui qui n’y pouvait rien: Philippe Couillard, qui a évidemment refusé de se faire rôtisseur! Peu ont compris la véritable signification de l’affaire: l’impuissance volontaire, la frilosité aigue de nos entrepreneurs.

Des vrais chickens.

*         *         *

Mais que diable peuvent bien avoir en commun les tristes couloirs d’hôpitaux et les petits volatiles rieurs? Ceci: ils illustrent l’état dans lequel se trouve le Québec. Un état de lente décomposition qu’exemplifient en outre (avalez un peu de Prozac, ça va être déprimant):

  • un système d’éducation alimenté lui aussi à coup de dizaines de milliards, mais qui manufacture 50% d’analphabètes fonctionnels. C’est un labyrinthe kafkaïen que les réformes successives toutes plus flyées les unes que les autres, sans parler des manipulations intéressées de son inextricable tuyauterie bureaucratique, achèveront bientôt de détruire;
  • taguel’incapacité de faire correctement quoi que ce soit, même de très simple. Voir l’interminable saga de l’échangeur Dorval, dont on semble avoir égaré les plans. Ou les échecs coûteux et répétés des projets d’informatisation du monstrueux appareil gouvernemental. Ou, à partir des nids de poule jusqu’aux conduites trouées en passant par la laideur ostentatoire, l’état des infrastructures de la ville de Montréal, seule grande ville québécoise;
  • la négation obstinée de la réalité, dont sont coupables surtout ceux qui s’affichent comme progressistes, aidés en cela par les médias peut-être les plus complaisants de ce côté-ci de la Voie lactée. De fait, la télé d’info 24/7 boulimique d’images-choc et une presse d’opinion moutonnière, organiquement liée au clan de la gauche régressive, n’y sont pas pour peu. Ainsi, toute revendication corporatiste hurlée avec suffisamment de décibels ou toute manifestation si possible agrémentée de violences diverses, parviennent à bloquer tout redressement, toute avancée, tout progrès, toute marche vers un avenir possible (le mot-clé est: possible);
  • 39678044le cul-de-sac dans lequel se trouve la pensée politique proprement québécoise, enchaînée par ce qui est depuis longtemps devenu un mirage. Il s’agit du vieux projet d’indépendance, bien sûr, qui n’a plus qu’une seule fonction réelle: celle de gripper la mécanique démocratique… au seul profit des libéraux, les politiciens les plus honnis par les souverainistes, ô ironie;
  • l’érosion continue de la qualité de la gouvernance, qui nous a fait passer de Lesage, Lévesque et Bourassa à Charest, Marois et Couillard. Fait passer de l’idéalisme et du dynamisme à l’immobilisme et à la corruption **. Fait passer du regard vers l’avenir au recyclage des idées du passé. Dorénavant, nous savons que la politique n’attire plus les meilleurs personnes, ni les meilleures idées.

Voilà ce qu’est devenu le modèle québécois. Et le pire, le plus insupportable, c’est qu’il n’y a personne d’autre que nous-mêmes à blâmer.

————————————————————————————————————————-

4787333_7_e639_des-blesses-de-l-attentat-perpetre-a-ankara_1445ae474e67c846fbd81f3b600cce75* Soit dit en passant, l’attentat de Lahore n’est qu’une goutte d’eau dans un océan de tueries perpétrées au nom d’Allah. Au cours des 15 derniers mois, c’est-à-dire du 1er janvier 2015 au 28 mars 2016, 3 356 attentats islamistes ont fait 32 782 morts et 32 957 blessés dans 53 pays. Pourtant, au Québec, aucun de nos politiciens et fort peu de nos journalistes n’osent nommer le coupable: l’islamo-fascisme. Les termes à la mode sont <radicalisation>. Et, étrangement, <islamophobie>. Cela aussi est une faiblesse, une démission, une malhonnêteté.

** Parlant de corruption, une autre des nos faiblesses proprement puériles est notre refus d’accepter la critique venant de l’extérieur, en particulier du Canada anglais. Souvenez-vous du papier du Maclean’s (de Martin Patriquin, crucifié en cette occasion) qui, en septembre 2010, prévenait: le Québec croule sous la corruption. C’était rigoureusement exact, comme on l’a vu par la suite… Juste pour le fun, je vous soumets un autre texte qui fera rugir (CBC, Neil Macdonald): <Corruption probes, broken bridges, the sad decline of Montreal>. Amusez-vous bien!

-Abonnez-vous à ce blogue en entrant votre adresse courriel au bas de la page.

19 réflexions au sujet de « Le corridor et le poulet »

  1. M. Roy, vous devriez avoir l’honnêteté de mentionner que toute cette corruption est le fait des fédérastes dont votre ancien journal est un ardent, pour ne pas dire fanatique défenseur inconditionnel. Le Québec n’a aucune leçon à recevoir du Canada anglais.

      1. Bien répondu ! Que dire de plus à quelqu’un qui souffre encore en 2016 du traumatisme des Plaines d’Abraham ?

  2. C’est une bien triste analyse mais je dois dire que je la partage. Concernant les soins de santé, j’ai écrit un article dans La Presse au début du mandat de M. Barrette, montrant que l’accès à ceux-ci était meilleur au temps de mon enfance, soit il y a une cinquantaine d’années. Deux ans plus tard, je n’ai pas l’impression que les choses se sont améliorées. Si j’étais dans la vingtaine, je déménagerais ailleurs. J’en ai marre et j’ai honte de vivre dans une province où nous faisons tout plus mal que dans le reste du Canada, même dans la gestion de nos ordures.

    Gilles Bourget

  3. Le Québec est en déliquescence.

    La statistique la plus parlante, pour moi, est le taux d’analphabétisme fonctionnel qui est de 49%. Quel pays développé accepterait cela? Mêmes les universités forment des analphabètes. C’est une triste réalité que tous constatent.

    Comment peut-on espérer croître collectivement, et former individuellement des citoyens à l’esprit critique, quand le rouage essentiel nécessaire pour accomplir une telle tâche est de savoir lire et que la moitié de la population en est incapable? En fait, c’est seulement la première étape. Après la lecture, il faut aussi savoir réfléchir et savoir critiquer.

    On est loin du compte. Autant dire à des années-lumière. Il y a beaucoup de citoyens qui votent pour tel ou tel parti et ne sauraient même pas dire une seule des grandes orientations du parti qu’ils ont appuyé. Je connais des gens qui ont voté pour un parti et ne sont pas capables d’en identifier le chef. Ou bien on voté pour un chef et quand je leur demande son parti, ils se trompent. C’est plus que risible. Ce sont ce gens qui élisent nos chefs et voilà ce que ça donne présentement.

    Sur ce sujet, je vous recommande un ouvrage lu récemment qui s’appelle « Voir le monde avec un chapeau » de Carl Bergeron, qui est un essai sur le Québec d’aujourd’hui. J’ai adoré.

  4. Wow! Beau résumé de la déchéance du Québec ! Ça fait un peu peur de voir tous ces éléments réunis dans un même texte, mais malheureusement c’est notre triste réalité ! ! Beau texte honnête M. Roy

  5. Et vlan dans les dents. Malheureusement votre texte décrit trop bien la réalité du Québec de 2016. Merci M Roy pour votre lucidité.

  6. Ouffff triste réalité qui frappe dans l’kodak. Chapeau Mario d’avoir été franc et très explicite sur ce qu’est notre triste réalité. Et de dire quel dégringolade le Québec subit.
    C’est le déchirement absolu cette triste et minable déchéance.

  7. M. Roy,

    Je partage souvent vos opinions mais je me sens obligé de répondre à ce billet.

    Commençons donc par le corridor. Il se trouve que plusieurs ennuis de santé me sont tombés dessus ces derniers temps. Je me suis retrouvé à quelques reprises à visiter les salles d’urgence, et, oui, même à passer du temps dans les corridors de l’urgence. Bien sûr, avoir une chambre aménagée aurait été préférable. Mais contrairement au folklore, et sans être entré sur une civière, j’ai généralement eu une attention médicale rapide (parfois dès le triage), eu droit aux examens appropriés et à la visite d’un défilé de spécialistes avant d’être transféré au besoin à l’étage. J’ai entre autres eu par la suite une chirurgie à coeur ouvert parfaitement réussie.

    Oui on peut lire qu’un hôpital pakistanais pris de court a dû mettre des patients dans des corridors. Mais si on cherche les stats, on constate que le Pakistan a un budget santé de 740$/habitant, dispose d’un lit pour 1557 personnes et qu’il y a 1073 personnes par médecin. Au Québec, ces chiffres sont respectivement de 5665$, un lit pour 370 habitants et 452 personnes par médecin. Vous pouvez prendre le système de santé du Pakistan sur la foi d’une anecdote, je préfère celui d’ici.

    1. Il serai bon de chercher à savoir quel pourcentage de Pakistanais nécessitent un médecin comparativement au pourcentage de Québécois nécessitant un médecin.
      Attention les surprises …

      Les chiffres comparatifs Québec/Pakistan sont irréalistes. On ne peut pas comparer ce qui n’est pas comparable :
      Le besoin réel de médecins.
      Le cout des médecins, des infirmières, de l’électricité, de tout ce qui fait fonctionner le pays, est très différent entre le Québec et le Pakistan.(le coût de la vie l’est tout autant pour les citoyens)
      Les besoins sont très différents, l’espérance de vie l’est tout autant, l’âge moyen de la population également.

      La chimiothérapie obligatoire est pratiquée en Occident, un véritable racket à prix d’or, qui dans certains pays est acté dans la loi.
      Est-ce que le Pakistan pratique la chimiothérapie de façon intensive ?
      Par exemple en France, si on vous détecte un cancer il est acté dans la loi que vous n’avez aucun choix pour vos techniques de soin.
      Chimiothérapie pour tout le monde, y compris pour des cancers sur lesquels la chimiothérapie n’apporte aucun bénéfice.
      Une euthanasie lente, douloureuse et OBLIGATOIRE à un prix exorbitant, dont les données officielles prouvent qu’elle divise par six l’espérance de vie du patient.

      Vous pouvez regarder les cartes mondiales de l’OMS montrant les taux de cancer par région, croisées avec les taux de mortalité. Non seulement le cancer est plus fréquent en Occident mais il est beaucoup plus mortel que n’importe-où ailleurs.
      Ni l’alimentation, ni la pollution, ni le climat ne peuvent expliquer ces chiffres, la vérité est bien ailleurs…

      C’est exactement la même chose en matière de soins dentaires et de fluor.
      Les pays les moins développés ne connaissant pas la brosse à dents, ni le dentifrice au fluor, ni la fluoration du sel et de l’eau, souffrent assez peu de problèmes dentaires.
      C’est assez amusant de le constater quand on travaille à l’étranger…
      Qu’on ne me parle surtout pas d’alimentation, de friandises, d’hydrates de carbone, les pratiques alimentaires de ces peuples invalident ces théories en un revers de main.
      Pour avoir travaillé en Afrique, nulle part au monde les dents sont soumises à plus rude épreuve. Pain traditionnel très croustillant agrémenté de résidus de pierre en provenance de la meule à grains, mode locale à se tailler les dents, mâchouille permanente etc…
      Malgré cela très peu de caries dentaires …
      Je vous épargne les régimes alimentaires hallucinants, n’importe quel occidental serai diabétique pour un millième de leur régime huile,graisse, sucre.

      D’ailleurs il est très « amusant » de constater que les régions du monde sans aucune politique vaccinale sont les régions les moins malades de la planète.
      Ce dogme religieux a lui-aussi a un coût énorme sur les dépenses de santé comparées d’un pays à l’autre.

      Il est tout de même curieux de voir que les épidémies n’ont pas tant touché l’Afrique que la propagande voulait nous le dire ces cent dernières années. (pour parler d’un continent que je connais bien, sur lequel j’ai travaillé)
      « De 100 millions d’habitants en 1900, la population de l’Afrique est passée à environ 275 millions dans les années 1950-1960, puis à 640 millions en 1990 et à 1,1 milliard en 2014. »
      C’est à mourir de rire au sujet des mythes modernes « les Africains meurent comme des mouches », « c’est la famine partout tout le temps », « le manque d’eau est permanent et généralisé » etc …
      Cherchez quel pourcentage de population Africaine subit des vaccins, on en reparle après.

      Regardez donc la démographique Européenne entre 1914 et 1918, vous allez blêmir, aucune « épidémie » et aucune « catastrophe climatique » d’Afrique n’ont produit ce résultat démographique en Afrique sur les cent dernières années.

      Les peuples occidentaux dont je fais partie sont loin de pouvoir « préférer » ceci ou cela, tant ils ont été lobotomisés par de la propagande incessante.

  8. Je veux poursuivre avec le « système d’éducation alimenté lui aussi à coup de dizaines de milliards, mais qui manufacture 50% d’analphabètes fonctionnels ».

    Je pourrais bien sûr en tant que rat de bibliothèque me lamenter sur la situation, j’en suis parfaitement capable et je ne m’en prive d’ailleurs pas. Mais cette jérémiade sur les 50% d’analphabètes au Québec revient comme un copier-coller de l’argumentaire standard chez des dénigreurs du Québec qui en tirent des conclusions hors de toute proportion sur une médiocrité existentielle et unique du Québec. On peut déplorer la situation, et effectivment le score du Québec est bas, mais il n’est pas radicalement différent de ce qu’on peut trouver ailleurs dans l’OCDE. Je crois qu’il s’agit de cette étude: http://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/education/alphabetisation-litteratie/litteratie-quebec2003.pdf.

    On insiste sur « analphabète » en laissant l’impression « incapable de lire ». On le voit bien à la réaction des lecteurs: un tel pays ne mérite pas d’exister. Dans l’immense majorité des cas il s’agit de gens qui peuvent lire mais mal. On a posé des questions à des gens sur des textes, on a décidé de créer 5 niveaux et une note-seuil à chaque niveau. Le seuil est à 275 pour être lettré, il se trouve que la note moyenne au Québec est de de 266. Au Canada, elle est de 272. Je n’aime pas voir ces chiffres, mais il faut savoir raison garder. 266 versus 272. Pas 150 vs 300. « Quel pays développé accepterait cela? » demande Pierre-Marc Boyer? Et bien en « compréhension de textes suivis », le Québec obtient 275, mais la Suisse 272, les États-Unis 269 et on ne parlera pas de l’Italie à 229. Je n’ose imaginer ce qu’auraient été les résultats de la population de la Grèce de Périclès ou de l’Italie du Quattrocento à ce test. Je parierais sur un 98% d’analphabètes fonctionnels. Clairement on ne peut attendre aucune contribution de ces pays peuplés de troupeaux de sous-humains bêlants au patrimoine de l’humanité.

    1. Je vous invite à aller faire un tour dans l’importe quel lycée, prendre les cours de tous les élèves d’une classe âgée de 15 à 16 ans.

      Vous constaterez rapidement qu’ils ne savent plus ce que signifie singulier et pluriel, féminin et masculin etc…

      Il est certain qu’avec un contenu scolaire de plus en plus propagandiste les essentiels sont le cadet des soucis de nos corrompus du gouverne-ment.
      Un élève de 16 ans en 2016 n’a pas le niveau d’un élève de 11 ans dans les années 1980.
      C’est largement documenté.

      Il est certain que la propagande marche à plein, lors des cours et interrogations écrites d’Anglais vous retrouverez de la propagande pour la « théorie du genre » ou même de la propagande politique d’ultra-gauche, voir l’habituelle propagande visant à culpabiliser les occidentaux pour mieux leur faire accepter leur colonisation-Islamisation.
      Ces sujets faisant écho aux autres cours dans les autres matières, car en 2016 toutes les matières scolaires sont prétextes au brainwashing.

      Lisez « Le meilleur des mondes » de Aldous Huxley, nous y sommes !
      (ne vous privez pas d’étudier sa famille, dont son frère Sir Julian Huxley, de grands initiés au projet mondialiste)

      1. Données officielles invalidant la propagande des « chances pour la France » et « des chances pour le Québec » :

        Le rapport du PNUD de 2003 est un document accablant pour le monde arabe du troisième millénaire.
        Les Arabes ne déposent pratiquement pas de brevets scientifiques.

        !!! Le taux d’analphabètes est le plus élevé au monde après l’Afrique subsaharienne. !!!

        Les livres publiés dans le monde arabe représentent 1% de la production mondiale.
        300 millions d’Arabes traduisent cinq fois moins d’ouvrages que les 11 millions de Grecs.

        Selon l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle, le monde arabe dépose seulement 1% du nombre de brevets américains annuels.
        Les pays arabes en consacrent 0,2% de leur PIB à la recherche et à la science malgré la manne pétrolière.

        Et inutile de bêler au racisme ou à l’islamophobie. Car ce rapport a été rédigé par une quarantaine de chercheurs arabes. “Par des Arabes, à l’intention des Arabes”.
        PNUD = Programme des Nations unies pour le développement

        Nivellement par le bas : Dans toute l’Eurodicature des lois ont été imposées concernant la « discrimination positive » (le sophisme signé :.).

        Ces lois impliquent que dans tous les concours administratifs, dans toutes les filières universitaires, dans toutes les entreprises publiques et privées, soit réservé un pourcentage de place pour les Africano-Maghrebins, ce en dehors de tout résultat.

        Ce qui implique que désormais nos facultés (Islamisées) se doivent de réserver des places de faculté à des étudiants analphabètes en simple raison de leur origines.

        Un petit blanc ayant une moyenne annuelle de notes de 13/20 peut se voir refusé en Faculté pour laisser place à un Africano-Maghrebin ayant une moyenne annuelle de 8/20.
        (dommage pour nos politichiens, il existe encore quelques lanceurs d’alerte dans l’administration qui documentent parfaitement le fonctionnement de la discrimination anti-blancs)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s