Dure semaine pour les dieux… et les moutons

1354732801_4e0327e73efe5_hajjJe ne veux pas tourner la chainsaw dans la plaie, mais les derniers jours auront fourni d’extraordinaires illustrations de la fabulation qui nourrit la foi religieuse et ses rituels.

Ne sautons pas tout de suite sur le sympathique mais ridiculement cliché-esque pape François et abordons d’abord les tristes événements qui se sont produits autour de la Mecque (photo). Comme on le sait, une grue s’est d’abord effondrée, faisant 100 morts et plus ou moins 150 blessés *. Ensuite, une gigantesque bousculade a fait 700 morts et 900 blessés. Ce n’était pas la première tragédie du genre, loin de là, ni même la plus lourde: en 1990, un tel stampede avait fait 1400 victimes.

Maintenant, voyons un instant ce qui motive trois millions de personnes à se diriger vers le même lieu exigu, les mêmes cinq jours de l’année (12 millions d’autres pèlerins vont à la Mecque à d’autres périodes). Voyons en particulier le rituel qui a entraîné l’hécatombe.

abram-sacrifie-son-fils-543Il s’agit (pour trois millions de personnes, rappelons-le) de lancer des roches sur des murs érigés à cet effet, ce qui symbolise la… lapidation du diable! Origine de cette cérémonie? L’islam rejoint ici la mythologie biblique pour sacraliser l’épisode où un dieu réclame d’Abraham qu’il tranche la gorge de son fils afin de prouver son amour pour le dieu en question**. Abraham accepte, bien entendu: il a la foi. Cependant, le diable vient le tenter en lui suggérant de renoncer à obéir à un tel ordre divin… ce qui aurait été à mon avis la seule chose morale à faire! Mais Abraham choisit plutôt de lapider le diable pour qu’il déguerpisse. D’où le rituel. Finalement, après avoir bien rigolé, ce dieu un peu taquin a permis à Abraham d’égorger un bélier plutôt que son fils.

*       *        *

D’où un autre rituel, celui de l’égorgement des béliers ou assimilables: chèvres, moutons, agneaux, etc.

image8KO738SZSubsiste donc aujourd’hui la tradition d’un party annuel de souffrance animale, de sacrifice, de sang et de superstition moyenâgeuse. L’édition 2015 a lieu ce week-end un peu partout dans le monde, y compris au Québec. On parle d’un millier de bêtes tuées au couteau et à froid (sans anesthésie ou étourdissement) sur un seul des sites québécois d’égorgement, près de Montréal.  Je vous conseille de ne pas regarder d’images si vous respectez la vie animale et avez du cœur.

En fait, il est même préférable de ne pas trop en parler, peut-être.

Ainsi, il est arrivé une chose étrange à un reportage sur le sujet diffusé à la radio de Radio-Canada. Dans Le Devoir, on a relevé dans un article intitulé Le silence des agneaux qu’un reporter de la radio de Radio-Canada s’est plaint en direct (à compter de 43 mins 45 secs) de la diffusion d’une version censurée de son reportage. Le topo d’une douzaine de minutes diffusé dans le cadre de l’émission Bien dans son assiette a donc été amputé d’un peu moins de deux minutes.  Est-ce que ces deux minutes effacées étaient à ce point insoutenables? La direction de la boîte a expliqué que ce matériel n’était pas propre à être diffusé <sur l’heure du midi>.

*       *        *

Au tour de François, maintenant.

Au départ, concédons une chose à ce pape encore novice: après la Théologie de la libération qui eut son heure de gloire chez les gauchistes des années 1970, François invente aujourd’hui la Théologie du climat, la saveur du jour. Félicitations, François!

FrJSerra_1767_FullLe pape a donc été accueilli aux États-Unis comme le serait une rock star, y compris à Ground Zero, New York. À mon avis, il y a d’ailleurs failli à ses devoirs. omettant de rappeler que le massacre du 11-Septembre fut une faith based initiative, une initiative fondée sur la foi, qui a fait 3000 morts. Cependant, François a profité de son séjour aux États-Unis pour canoniser l’évangélisateur des autochtones de la Californie, Junipero Serra, un missionnaire espagnol mort en 1784 (ci-contre: miniature de la George S. Stuart Collection).

Or, il y a un ou deux problèmes avec ce curé.

D’abord, les Amérindiens auxquels il s’intéressait n’étaient pas tous heureux de la chose. Beaucoup estiment encore aujourd’hui que cela a tout simplement tué leur culture… Ensuite, Juniero Serra a aussi travaillé pour le bureau-chef section Amériques de la Sainte Inquisition, basé à Mexico. Dans le cadre de ses fonctions, il a dénoncé des hommes et des femmes comme étant des sorciers et sorcières qui volaient dans les airs et se réunissaient le soir dans des cavernes pour  adorer le diable (encore lui) et lui offrir des chèvres qu’ils et elles égorgeaient.

Les dieux ont de la suite dans les idées.

Une remarque en terminant, Déjà, François est le pape qui aura canonisé le plus grand nombre d’aspirants à la sainteté. Parmi ceux-ci, il a déclaré saints les 800 martyrs d’Otrante tués le 14 août 1480 par les Turcs. Pourquoi? Parce qu’ils refusaient de se convertir à l’islam.

Ce massacre fut donc lui aussi une faith based initiative. Comme le 11-Septembre et les innombrables victimes que font chaque jour, en ce XXIe siècle, les initiatives fondées sur la foi.

* Cet effondrement s’est produit le… 11 septembre. Et , apparemment, le chantier, ou la partie de chantier, ou l’équipement utilisé, était sous la responsabilité de la firme SBG, la Saudi Binladin Group, fondée en 1931 par le père de qui vous savez. Reste à savoir qui le premier attribuera cet accident à un complot de la CIA et du Mossad…

** Le regretté Christopher Hitchens affirmait qu’une telle demande divine est la plus narcissique, immorale, inhumaine, dégoûtante, qui se puisse imaginer. <Moi, je lui aurais répondu: F..k you!>, concluait-il.

-Abonnez-vous à ce blogue en entrant votre adresse courriel au bas de la page.

5 réflexions au sujet de « Dure semaine pour les dieux… et les moutons »

  1. On parle des religions et puis finalement tout le monde se met à taper sur la religion Catholique. C’est devenu au Québec un reflex qui me désole. On se tape dessus, on s’infériorise toujours, on s’auto-culpabilise, au cinéma on fait les niais, comme Falardeau et huard dans « Guibord s’en va en guerre », on se moque de nos institutions, de notre religion, de notre identité. On n’est donc pas fin, pis les autres y sont tellement mieux.

    Voyons donc ! quand est-ce que ça va finir ce dénigrement de soi ? On s’enfonce dans les ornières du politiquement correct et de l’ignorance là. Sapristi on a de bonnes valeurs, on a réussi quelque chose, on est des leaders en matière de droit de la personne, d’institutions solides et plutôt saines. En tout cas, comme le disait Daniel Johnson « Quand on se regarde on se désole, quand on se compare on se console. » Si je compare ma religion (je suis catho non pratiquant) avec l’islam je me réjouis d’être né dans cette religion et mes soeurs encore plus que moi.

    Il semble que le monde a besoin de religion. Quand à moi si je devais voter pour en chosir une je voterais pour le catholicisme. Avec quelques remords mais sans culpabilité. Et vive les moutons libres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s