Accueillir les migrants, c’est bien. Mais ensuite?

alassadLa semaine dernière a été la semaine du petit Aylan, cet enfant-martyr syrien devenu le symbole de la guerre, de la cruauté, de l’absurde.

Je ne crois pas qu’il y ait un seul commentateur officiel qui ne se soit pas prononcé sur l’affaire. Or, je n’ai pas tout lu, je n’ai pas tout vu, mais un portrait de situation me semble de loin le plus lucide et en même temps le plus poignant de tous. C’est celui de Serge Chapleau (ci-contre).

Il a su rendre tout le tragique de la situation sans céder au <spectacle compassionnel> * parfois presque indécent qu’ont donné celles et ceux qui étalent leurs bons sentiments comme de la confiture et voient des coupables partout sauf là où ils se trouvent réellement. Chapleau, lui, met directement en scène Bachar al-Assad. Le dictateur est le premier artisan du cauchemar syrien. Mais il est maintenant en concurrence avec  les islamistes fous qui sévissent au Moyen-Orient et en Afrique, jetant des millions de désespérés sur les routes, ou dans les marchés d’esclaves ou dans des fosses communes.

Dire que, pendant ce temps, certains continuent comme si de rien n’était à pourchasser les… islamophobes, ces êtres évanescents qui n’existent que pour le confort moral et le standing social des belles âmes.

Mais je m’égare.

*         *          *

C’est bien de secourir des réfugiés. Dans les circonstances, qui peut être contre? Mais chacun comprend que ce n’est pas une solution à long terme: la politique (au sens noble) ne se fait pas à partir des bons sentiments, mais à partir de la réalité présente et des futurs possibles. Or, la réalité est que l’Occident est dans l’impossibilité d’accueillir <toute la misère du monde>, selon l’expression crue mais rigoureusement vraie de Michel Rocard.

Non seulement l’Occident ne le peut pas, mais ce n’est pas souhaitable.

8844788371425069689À plus long terme, ce sont les pays plus ou moins faillis (photo: Syrie) qu’il faut aider à réhabiliter, de façon à ce que leurs citoyens ne désirent plus s’enfuir, mais envisagent plutôt d’y vivre dans des conditions de sécurité et de prospérité acceptables. Or, la sécurité vient en premier: sans elle, on ne peut rien bâtir. En ce moment, les nations aux prises avec les plus grands problèmes de sécurité au Moyen-Orient et en Afrique de l’Est sont assiégées par l’islam radical. C’est un fait brut, objectif, indéniable. Dans ce coin du monde, les seules nations qui résistent aux fous de dieu sont des dictatures immensément riches, folles de dieu elles-mêmes, ayant des politiques d’immigration et de répression extrêmement brutales, conçues pour écarter ce danger **.

Pour les différentes populations arabes, c’est la tyrannie ou la guerre sainte ou les deux, en somme.

femmes-esclaves-sexuel-état-islamiqueVoilà donc le nœud de l’affaire: comment rétablir la sécurité, ainsi qu’une gouvernance à peu près potable, dans ces coins du monde? Quelqu’un a une idée? Il faut que ce soit sans recours à la force militaire, évidemment, puisque nous, Québécois, sommes des pacifistes, n’est-ce pas? D’ailleurs, combattre l’État islamique (photo: des femmes emmenées au marché aux esclaves), ou Boko Haram, ou Al-Shabaab, ou les dizaines d’affiliés et concurrents participant au djihad, ne serait-il pas une forme d’islamophobie? J’ironise, bien sûr (il vaut toujours mieux préciser).

Pour terminer, je me contenterai de livrer quelques faits bruts supplémentaires. Vous savez: des <faits>, ces choses étranges dont nos médias ne sont pas toujours friands. Tout ce qui suit provient de l’ONU (ici).

Depuis le début de 2015, l’écrasante majorité des migrants et réfugiés ont tenté d’entrer en Europe par la Méditerranée. Au 12 juin, on en dénombrait près de 370 000, dont 2800 sont morts noyés. L’ONU n’a pas encore de chiffres précis sur ceux qui migrent ces jours-ci par voie de terre.

Contrairement à ce qu’on répète, ce ne sont pas surtout des familles qui migrent. Le décompte fait état de 75% d’hommes. Il n’y a que 12% de femmes et 13% d’enfants. (revisé par l’ONU le 16 sept: 72, 13 et 15% respectivement)

Seulement 51% sont des Syriens. L’autre moitié provient de l’Afghanistan, de l’Érythrée, du Nigeria, de l’Iraq, de la Somalie, du Soudan. C’est-à-dire surtout des terres ravagées et occupées par les guérilleros islamistes. (Les parents de l’enfant-martyr échoué sur la plage provenaient d’un coin de la Syrie où on craint davantage les barbares de l’État islamique que les tueurs d’al-Assad.)

Je vous laisse méditer sur chacun de ces points et sur le portrait d’ensemble qu’ils peignent. Réfléchissez bien au présent ainsi décrit et aux futurs possibles que ces faits peuvent entraîner.

* L’expression est de Christian Rioux du Devoir.

** Ce qui n’empêche pas certaines d’entre elles de commanditer la terreur islamiste en dehors de leurs frontières.

-Abonnez-vous à ce blogue en entrant votre adresse courriel au bas de la page.

9 réflexions au sujet de « Accueillir les migrants, c’est bien. Mais ensuite? »

  1. J’aurais aimé vous entendre à propos des faits, vous savez ces choses étranges dont on peut ne regarder qu’une partie. L’occident ne peut certes pas accueillir toute la misère du monde mais elle peut en soulager autant qu’elle en a créé. Ces radicaux islamistes existent en grande partie à cause du gâchis de l’Irak. Si on remonte plus loin, le soutien des USA au Shah d’Iran a donné le résultat que vous savez. La politique étrangère du Canada est à pleurer alors que nous serons très bien placés pour être des donneurs de leçons à défaut d’être acteur. Une dernière chose à propos de vos « faits », pourquoi faire une différence entre les Syriens et les autres? Les uns sont plus méritoires que les autres?

    1. Merci, monsieur Benoit, de votre intérêt.
      Je dois vous dire que je suis en désaccord à peu près complet avec vous, sauf sur un point: le gâchis irakien et l’extraordinaire stupidité de W. dans cette affaire.
      Sinon, remonter l’histoire jusqu’au Shah serait un peu long. Juste une remarque: Je ne crois pas une seule seconde et je ne l’ai PAS écrit que les Syriens sont plus méritoires que les autres. Justement parce qu’on ne parle que d’eux, j’ai tenu à souligner que d’autres sont aussi des migrants et réfugiés.
      Merci encore.
      Mario Roy

      1. À mon tour de vous remercier des parler « d’international ». À propos de l’Iran, c’est peut-être loin mais les hurluberlus au pouvoir là-bas sont un sous-produit de l’action des USA au même titre que daesh pour l’Irak et ceci a conditionné une bonne partie des conflits dans la région depuis ce temps.

  2. « Quelqu’un a une idée? »

    Organiser un Woodstock à Téhéran? Faire une chaîne humaine à La Mecque?

    « Je ne crois pas une seule seconde et je ne l’ai PAS écrit que les Syriens sont plus méritoires que les autres. Justement parce qu’on ne parle que d’eux, j’ai tenu à souligner que d’autres sont aussi des migrants et réfugiés. »

    Très juste. Et je me demande aussi quelle aurait été la réaction des médias et des gens si au lieu d’un gamin de 3 ans, la photo avait montrée un unijambiste de 75 ans?

      1. « Si on remonte plus loin, le soutien des USA au Shah d’Iran a donné le résultat que vous savez. « .

        Je connais beaucoup d’Iranien expatriés à Montréal. C’est simple, la grande majorité regrette le Shah et l’appui américain. Le Shah voulait faire entrer son pays dans la modernité. Malheureusement son opposition aux forces conservatrices (les religieux) de son pays lui a coûté cher. Il croyait son peuple prêt à faire le saut, mais les religieux l’ont renversé et aujourd’hui le peuple Iranien est dans une situation bien pire : la corruption y atteint aujourd’hui des sommets.

        Ce que les Iraniens aiment de Montréal et du Canada, c’est la diversité, la générosité des gens, la possibilité d’aller et venir sans se faire agresser. Tous ceux que je fréquentent veulent obtenir la citoyenneté Canadienne.

        Finalement, je suis d’avis que nous faisons de bonne choses en occident.

  3. Désolé monsieur Benoît mais je ne peux accepter cette affirmation à l’effet que c’est l’occident qui a créé la misère du monde. Vous devriez relire à tête reposée le texte intitulé « Projet Raison » qui accompagne le blogue de monsieur Roy. En particulier vous devriez remettre sérieusement en cause cette notion à l’effet que c’est nous occidentaux (et évidemment les américains) qui sommes responsables de cette barbarie islamique. Pour ne citer qu’un exemple, l’Algérie (où j’ai passé presqu’un an de ma vie entre 1970 et 1975) a connu à partir de 1990 une guerre civile qui a fait entre 200,000 et 300,000 morts, guerre causée uniquement par ces fous d’Allah; désolé, dans ce cas pas de George Bush père ou fils pas de Bill Clinton, uniquement des barbares qui n’ont pas évolué depuis les années 700 à 800 après Jésus-Christ.

    Ce qui m’amène au rôle que le Canada devrait jouer en ce qui a trait à ces « migrants ». Le Canada devrait faire preuve d’extrême prudence monsieur Benoit. Même si on ajoute un autre 12% d’hommes aux 25% de femmes et d’enfants, il y a donc encore un bon deux tiers (66%) de ces migrants qui sont des jeunes hommes musulmans en colère; combien d’Adil Charkaoui ou de Mohammed Atta y a-t-il parmi eux? Si le Canada doit admettre des réfugiés de cette crise, il devrait admettre en priorité des familles et en particulier des familles chrétiennes ou Yasidis qui sont les principales victimes de ces barbares.

    Enfin une note pour monsieur Roy: je me dépêche monsieur Roy avant que le Bill 59 ne devienne loi et que de pareils commentaires deviennent impossibles.

  4. @Jacques Cardinal: Peut-être que le problème était justement de vouloir faire entrer de force un pays dans la « modernité ». La « civilisation » américaine que je ne rejète pas ne convient pas à tous les endroits au monde. Nous faisons de bonnes choses en occident mais quand nous essayons de force de les implanter ailleurs ça vire plus souvent qu’autrement en catastrophe, sauf pour les fabricants d’armes.
    @Michel Lafontaine: L’occident n’a pas créé la misère du monde mais y a joyeusement contribué. Si vous référez à l’Algérie je vous ramènerai 15 ans plus tôt. Ce n’était pas les américains mais les français. L’occident ne se limite (heureusement pas) aux USA.

    1. Je suis désolé Benoît, mais je ne crois pas possible de simplement mettre toute la misère du monde sur le dos des occidentaux. Vos arguments ne me convainquent pas.

      Pour ma part je pense que les algériens ont choisis la mauvaise voie après avoir obtenu leur indépendance. Ce grand pays, riche et beau avec une population jeune s’est tourné au premier jour de son indépendance vers l’Union Soviétique. Ensuite, il a choisi l’islamisme radical pour ensuite plongé vers une guerre civile. Ça fait un moment que le pays a acquis son indépendance ne devrait-il pas maintenant, comme bien d’autres, être sur la voie du succès ?

      En ce qui concerne l’Iran, j’avais 20 ans au moment de la chute du Shah. J’ai applaudi bien fort à son renversement. Maintenant le temps a passé et qu’est venue l’heure des bilans je vois que la récolte est pauvre, comme en Algérie. De plus, le rapprochement des hauts dirigeants Iraniens avec Poutine ne me semble pas être un bon choix pour le peuple Iranien. Est-ce un autre mauvais choix ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s