Le Québec: une dictature où règnent les tabous

baillonOn peut accabler le Québec de reproches et de récriminations, soutenir qu’il a tous les défauts, que c’est désagréable et déprimant d’avoir à y vivre. Cependant, même le québécophobe le plus sévère ne peut pas prétendre que nous vivons sous la dictature, étouffés par les tabous!

Aussi, ai-je été totalement démoralisé en apprenant, hier, que je pèche par excès d’optimisme. Que, oui, nous vivons bel et bien sous la dictature, étouffés par les tabous. Et ce, par opposition aux pays réellement démocratiques où la parole est libre de toute contrainte, comme c’est par exemple le cas en/au ______________ (entrez ici le nom de votre PPP, votre pays paradisiaque préféré).

J’ai appris tout ça dans Le Devoir, selon lequel nous vivons sous <la dictature du rendement> spécifiquement en matière de culture livresque. Ainsi que dans La Presse qui, se portant à la défense de la Grèce, estime que nous sommes réduits au silence par un <tabou>, celui de la perfidie des Allemands qui, bien davantage que les Hellènes, ont déjà refusé de rembourser leurs dettes eux aussi.

Décidément, à défaut d’afflictions réelles, il faut bien en inventer de virtuelles!

Commençons par le tabou.

J’ai déjà, dans ce blogue, offert un petit dictionnaire des mots chouchous des journalistes: voir Le Petit Gabriel 1 et Le Petit Gabriel 2.  Je donnais alors du mot <tabou> la définition suivante: « Terme utilisé pour désigner un sujet dont tout le monde parle, partout, tout le temps… et principalement dans tous les médias. Ainsi, le scribe qui <brise un tabou> s’auto-congratule en montrant au public admiratif son grand courage! Exemple: le présent current_970x1292article <brise le tabou> du langage médiatique… » Dans le cas précis du tabou-de-l’Allemagne-qui-ne-paie-pas, je dirai seulement qu’il est mondialement publicisé par deux des plus grandes vedettes de la gauche, ce bon vieux Joseph Eugene Stiglitz ainsi que la jeune saveur du mois, Thomas Piketty (image ci-contre), notamment relayés au Québec par le pianiste Alain Lefèvre. Méchant tabou!

Et je n’insisterai pas sur le fait que les circonstances allemandes, en 1918 et en 1945, étaient fort différentes de celles prévalant en Grèce en 2015…

La dictature, maintenant, celle du rendement et les autres.

À en croire les médias, nous vivons aujourd’hui l’âge d’or de la tyrannie et de la dictature. Heureusement, l’une et l’autre sont dénoncés par les chiens de garde que sont, justement, les médias. Alors sûrement la <dictature de la beauté>, jadis démasquée par La Presse, en arrive-t-elle enfin à son terme. Tout comme la <tyrannie du plaisir>, clouée au pilori par Le Devoir. Ainsi en est-il peut-être aussi  de la <tyrannie du courriel> ou de la <dictature du bon goût>.

N’est-il pas remarquable que ces deux mots, dictature et tyrannie, ne sont plus jamais utilisés pour décrire ce qu’ils sont censés évoquer: des régimes politiques totalitaires, ou à tout le moins autoritaires, qui brisent ou même enlèvent la vie de leurs commettants?

Ce continuel détournement de mots serait sans importance, dites-vous? Erreur. Ce serait oublier à quel point la perception de la réalité est façonnée par l’écrasante présence des médias. Ce serait oublier aussi que le commun des mortels n’est pas nécessairement outillé pour décoder ces fantaisies médiatiques: chez nous, 50% des adultes ont un niveau de littératie problématique, remercions-en nos élites pédagogistico-bureaucratico-songées!

Bref, dénonçons dorénavant la… dictature des médias!

– Abonnez-vous à ce blogue en entrant votre adresse courriel au bas de la page.

8 réflexions au sujet de « Le Québec: une dictature où règnent les tabous »

  1. Une bonne chronique comme celle-ci valait bien le prix de cette journée totalement démoralisée dont vous faites état! Merci à son auteur.

  2. Excellente une chronique, en effet on se retrouve dans une société où les mots veulent plus rien dire. Comme austérité qui est utilisé a toutes les sauces aussi.
    on devrais arrêter de basher sur l’allemagne qui a partir de la 2eme moitié du 20eme siècles est devenue un pays des plus admirable qui a réusi a se redresser malgrés le fait que c’était un champs de ruine après la 2eme guèrre mondiale. En effet la sitiation de la Grèce en 2015 est totalement différente de c’ellle de l’Allemagne en 1953 quand sa dette a subit un allègement fiscal. C’est grandes villes portaient encore les cicatrices des deux guerres et le pays souffraint plus sur sa dettes des sanctions économiques subit pour avoir pedut la guerre que pour des dépenses exagéré du gouvernement…

  3. Cette chronique m’a fait sourire et réfléchir en même temps. Je pensais que j’étais le seul a trouver ridicule toute ces comparaisons des personnalités politiques avec Hitler lors de manifestations.

  4. Rien n’est jamais tout blanc … ni tout noir.
    C’est vrai que les circonstances de l’Allemagne étaient différentes.
    La moindre différence n’étant pas que l’Allemagne avait elle-même mis l’Europe à feu et à sang en 1918 et 1945.
    Mettons que les réparations de guerre n’étaient pas contre-indiquées.
    Mais on a donné à l’Allemagne une chance de se relever, même si ce n’était que pour éviter l’avance de l’URSS.
    Et SVP, épargnez-moi la leçon quant à la responsabilité partagée des autres belligérants.
    Du moins en ce qui concerne la guerre de 39-45, peut-on admettre que si les torts étaient partagés, certains torts étaient plus partagés que d’autres pour paraphraser Orwell.
    Et, aussi, n’oublions pas le Plan Marshall.
    Je sais, je sais, c’était aussi à l’avantage des USA de reconstruire un marché viable en Europe.
    Peut-être que si les dogmatiques teutons du 21e siècle réalisaient ça et appliquaient une solution du genre, ça irait mieux plus vite!
    Enfin, en ce qui concerne la dette grecque, d’accord ces cigales de grecs ont dilapidé l’argent que les banques leur ont si généreusement donné. Et ils ne payaient pas d’impôt! Et ils jouissaient de pensions faramineuses. Pensez-y, Selon le Fonds monétaire, les Grecs touchent en moyenne 70% de leurs salaires une fois à la retraite, soit environ 1.150 euros par mois. C’est un scandale!!! (http://www.europe1.fr/economie/grece-le-systeme-de-retraites-est-il-si-genereux-que-ca-1358194)
    En fait, à qui ont profité tous ces sous si généreusement prêtés par les banques?
    Au peuple qui devra le rembourser? Bien entendu, ce peuple s’est gavé des miettes qui tombaient des tables des oligarques grecs.
    Aux oligarques grecs qui se sont enrichis avec ces prêts, mais qui n’auront pas à les rembourser, leur argent étant bien à l’abri dans des paradis fiscaux?
    À ces mêmes banques prêteuses qui ont continué à pelleter de l’argent en Grèce ….en se graissant au passage, et qui récupérerons de nouveau cet argent dans de belles opérations de « double-dipping ».
    Poser la question c’est y répondre.
    En passant, j’ai passé les derniers 20 ans de ma vie à travailler sur des projets de la BM, du FMI etc. en Europe de l’Est et en Afrique. Croyez-moi, les peuples de ces pays profitent rarement de la manne occidentale, laquelle se retrouve surtout dans les comptes suisses des Mobutu et autres Kabila. Par contre, ce sont ces peuples qui doivent éventuellement rembourser ces argents.
    Je serais très surpris que la Grèce échappe à ce schème.

  5. C’est bien beau de dépenser l’argent des autres, mais alors que faire lorsque les autres n’auront plus d’argent. Honte à la Grèce qui dépensait l’argent qu’elle n’avait pas sans soucis. Ça ressemble tellement au Québec qui fait la même chose depuis 25 ans avec les Milliards qui nous parviennent des provinces riches. Pour 2015, c’était $9.5 Milliards. Les provinces riches de l’Ouest en arrachent depuis la descente des prix du pétrole, alors la péréquation va être moindere, que ferra le Québec sans quelques Milliards de moins. La, ça va être l’austérité. Bizarre qu’il n’y a pas un journaliste qui approche cette question pour avertir le peuple pour qu’il soit psychologiquement prêt à commemcer à faire des sacrifices et arrêter de demander.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s