Homme ou femme, Blanc ou Noir, chacun décide!

Caitlyn-Jenner-sa-premiere-apparition-en-public_visuel_article2Chacun est-il ce qu’il est ou ce qu’il croit être? Méchante question, n’est-ce pas? Pourtant, elle se pose bel et bien après le grand tour de manège médiatique auquel ont eu droit deux Américaines, Caitlyn Jenner et Rachel Dolezal.

Jenner (à gauche) est biologiquement de sexe masculin et a été connue sous le nom de Bruce Jenner, un grand athlète olympique médaillé d’or. Affirmant s’être toujours senti femme, Jenner s’est officiellement <converti> à l’autre sexe en posant pour la célèbre photographe des stars, Annie Leibovitz, dans le but de faire la couverture du Vanity Fair, devenant ainsi la première femme <non biologique> à recevoir cet honneur. Devenue animatrice de télé-réalité, Caitlyn Jenner a immédiatement décroché un contrat de 5 millions $US, un record dans ce créneau de l’industrie du divertissement. Son cheminement a unanimement été louangé par l’opinion dite éclairée et progressiste ainsi que par les médias.

150615132123-rachel-dolezal-t1-split-large-169Dolezal (à droite, à l’âge de 16 ans et aujourd’hui) est biologiquement de race blanche, née de deux parents blancs. Se voyant apparemment comme <transraciale>, Rachel Dolezal en est venue à  se présenter comme Noire, à enseigner la culture afro-américaine à l’université et à devenir activiste en prenant la direction d’une importante institution d’émancipation des Noirs. Or, sa <conversion> vient d’être dénoncée par ses propres parents, qui doutent même de sa santé mentale (la famille se déchire maintenant à belles dents!). L’opinion dite éclairée et progressiste ainsi que les médias ont largement dénoncé ce que plusieurs considèrent comme une supercherie. Elle a dû démissionner de son poste et en est réduite à se défendre constamment… et plutôt malhabilement. Son avenir est compromis.

                                                                        O        O        O

Deux poids deux mesures, donc, pour deux personnes qui ont décidé d’être ce qu’elles croient être, quitte à nier la réalité biologique. Pourquoi cette différence? Dans les faits, les deux démarches ne sont-elles pas tout-à-fait similaires?

On peut même les relier à une pensée qui fut jadis très en vogue dans les cercles intello-universitaires, en particulier français: celle de la non-existence de la réalité. Cette pensée est aujourd’hui exhumée et remise à la mode, notamment par la rock-star allemande de la philosophie, le professeur markusMarkus Gabriel, 35 ans (ci-contre). Celui-ci se dit <en rupture radicale avec la pensée occidentale> lorsqu’il affirme que <tout existe excepté le monde>: stupidement, l’Occident persiste en effet à croire au réel! Je prends mille raccourcis pour résumer: en pratique, tout n’existe que dans la tête de chacun, chacun étant donc libre de décréter la réalité qui lui convient***. Or, la réalité la plus brutale qui existe en rapport avec l’être humain est celle de la biologie, que Jenner et Dolezal entendent défier.

Mais pourquoi Jenner est-elle une héroïne alors que Dolezal est conspuée? Cela tient, je crois, à trois choses.

Un. Tout le monde sait et comprend que l’ambiguïté en matière d’identité sexuelle existe bel et bien chez beaucoup d’êtres humains, même si c’est la plupart du temps sur un mode mineur, sinon inconscient, qui ne débouche pas sur des gestes radicaux comme c’est le cas pour Caitlyn Jenner.

Deux. Si on peut comprendre qu’un homme envie l’identité féminine, chacun répugne à croire qu’une Blanche puisse désirer devenir une Noire: des préjudices réels, lourds et scandaleux accablent en effet les Afro-Américains, dont il est certainement difficile d’envier le sort qui leur est trop souvent fait.

Trois. la théorie du genre (ou: études du genre) imposée par une branche très active et puissante du féminisme radical fait la promotion des diverses identités sexuelles transgenre (ou marginales de n’importe quelle autre façon) et voit donc en Caitlyn Jenner un idéal et un modèle… même si l’affaire semble relever en bonne partie d’une gigantesque opération médiatico-commerciale américaine. En tout état de cause, le <genre>, ça marche!

Anecdote.

Depuis deux décennies, la pièce Les Monologues du vagin est vue comme une des grandes victoires symboliques du féminisme dans sa volonté de démystifier, réhabiliter et célébrer le corps de la femme. Or, la pièce est dorénavant suspecte et a même été déprogrammée par le Mount Holyoke College (Massachusetts), une institution exclusivement féminine. On reproche désormais aux Monologues d’être discriminatoires à l’endroit des femmes qui ont un pénis, mais pas de vagin.

___

*** Je dirai un mot du regretté professeur de philosophie montréalais Laurent-Michel Vacher, un esprit brillant qui refusait les diktats de la philosophie académique dominante et que j’ai souvent cité. Pour se moquer de la négation du réel, cette mode bricolée par de grands esprits, il dénonçait la façon songée de parler «de kangourous phénoménaux, alors que quand nous parlons de kangourous, c’est de kangourous que nous parlons!» (dans un bouquin au titre révélateur: La Passion du réel)

– Abonnez-vous à ce blogue en entrant votre adresse courriel au bas de cette page.

 

2 réflexions au sujet de « Homme ou femme, Blanc ou Noir, chacun décide! »

  1. En marketing la réalité n’a pas d’importance, seule la perception de la réalité existe. Nous percevons la démarche de Jenner comme honnête car exposée au grand jour et celle de Dolezal comme malhonnête car dissimulée. Il faut dire que la démarche de Jenner semble d’abord un but personnel alors que celle de Dolezal semble avoir principalement un but social.

  2. Vouloir faire reculer l’ignorance, vouloir s’approcher du réel, tout en étant conscient qu’il est peut-être impossible de l’atteindre, me semble conforme à la nature de l’être humain. N’est-ce pas ce que nous faisons depuis le début de l’aventure humaine?

    Et en ce qui concerne Jenner et Dolezal, pourquoi leur jetterait-on la pierre? Vouloir soumettre le réel à la volonté humaine, n’en déplaise à certains, me semble assez conforme aux habitudes ancestrales des humains et au texte de la Genèse: « remplissez la terre et dominez-la ». À l’image de Dieu, ces deux femmes ne font que poursuivre son action créatrice 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s