Dur, dur, d’être gras dur !

CAzEkNpWYAITWNkDe tous les slogans promenés dans la rue lors des premières manifestations de ce Printemps 2015, c’est celui-ci que je préfère: <FUCK TOUTE>! Voilà l’anti-toutttisme* dans toute sa splendeur! C’est franc, simple, naïf, poétique, grandiose, admirablement dénué de sens commun ou de portée pratique.

Bref, j’adore…

C’est un luxe formidable que de pouvoir crier <FUCK> au reste de l’humanité. Et c’est un luxe accessible uniquement aux citoyens des sociétés libres et riches, qui sont en minorité sur la planète. Autrement dit, c’est un privilège de gras dur.

Mais, pour paraphraser la chanson, c’est <dur, dur, d’être gras dur>…**

Contrairement au Printemps 2012, la version 2015 ne <lève> pas beaucoup sur la place publique même si, comme en 2012, elle est agrémentée de violence et lourdement appuyée par la petite bourgeoisie des grands médias et la vieille aristocratie de la contestation institutionnelle.

Cette fois-ci, je crois cependant que ça ne suffira pas.

Tout le monde l’a dit et, néanmoins, c’est vrai: les revendications de la <rue> sont trop vastes et éparpillées. Par exemple, lutter à la fois contre l’austérité et les hydrocarbures n’a pas de sens. Dans la vraie vie, notre consommation de pétrole relève surtout du fait que les malheureux prolétaires québécois sont boulimiques d’automobiles et ont les moyens de se les payer! Nous faisons rouler ici 7 850 000 véhicules-automobiles alors que nous ne possédons que 5 240 000 permis de conduire. Un char et demi par conducteur!***

Dans la vraie vie, il n’y a pas d’austérité. Si nous sommes un peu moins riches que presque tout le reste de l’Amérique du Nord ou que l’Europe, c’est que nous ne voulons pas de la richesse et, conséquemment, luttons bec et ongles pour ne pas y accéder.

D’autre part, ce que fait le gouvernement Couillard, c’est de tenter de réduire le taux de progression des dépenses publiques et de la dette. Or, tout le monde sait qu’il n’y arrivera pas. Que, dans 36 mois, il y aura davantage de ministères et organismes publics, davantage de fonctionnaires, davantage de dépenses publiques, davantage de taxes et impôts: nous sommes embarqués dans un runaway train****.

                                                                        +           +          +

Mais ce n’est pas le pire.

Le pire, c’est que nous nous enfonçons toujours davantage dans le passéisme, la réaction, la tentation de la violence et un ersatz de fascisme.

Hier soir, la manif du centre-ville de Montréal a été violente (comme à Québec) et organisée à l’invitation de <jeunes communistes révolutionnaires et anticapitalistes>. Des imagesBR2WAOWTcommunistes, nom de dieu, comme dans les steppes russes en 1917! D’ailleurs, les manifs en général n’ont-elles pas régressé au stade de l’affrontement de rue prévisible, organisé, systématique et bête, comme dans le Munich des années 1920 et 1930? Sur un autre front, on voit ressusciter des théoriciens déchus du siècle dernier comme Marcuse ou, pire, Chomsky (que vénèrent encore quelques Agecanonix de la profession journalistique et que même l’inénarrable Adil Charkaoui a appelé à sa rescousse!). À l’université, on fait à nouveau grand emploi de la censure par la violence et du lynchage. La vie intellectuelle en général est devenue le lieu où se multiplient les nouveaux dogmes et catéchismes, beaucoup plus oppressifs que les anciens…

J’ai cru longtemps que le progrès, le vrai, était une marche inéluctable, que le futur serait forcément meilleur que le présent. J’ai cessé d’y croire depuis quelques années.

                                                                         +         +        +

* Anti-toutttisme (avec trois T): néologisme dont je revendique la paternité. Décrit une idéologie vue comme progressiste, mais consistant à refuser (dans le discours, non dans la vraie vie) tout ce qui existe dans notre société ainsi que tout projet réalisable proposant de la modifier.

** À fredonner sur l’air de la chanson Dur, dur, d’être bébé enregistrée en 1992 par le petit Jordy, 4 ans, et vendue à 6 millions d’exemplaires, un record absolu, devenant ainsi un fleuron de la culture française contemporaine.

*** Et un gros char et demi, en plus! En 2013, la moitié des 12 modèles de voitures les plus vendues au Québec étaient des gros véhicules, genre Ford 150, ou Dodge Grand Caravan, ou RAM 1500, ou Ford Escape…

**** Cette fatalité est mathématique. D’une part, plus de 40% des gens ne paient pas d’impôt sur le revenu et n’ont donc aucun intérêt à la rationalisation des dépenses publiques. D’autre part, plus de gens encore travaillent pour l’État et/ou reçoivent indirectement des subsides de l’État et/ou bénéficient de l’aide directe de l’État et n’ont donc aucun intérêt à la rationalisation des dépenses publiques. Ceux qui remplissent les coffres de l’État,c’est-à-dire les vastes masses laborieuses de la classe moyenne, sont priés de se la fermer.

– Abonnez-vous en inscrivant votre adresse courriel au bas de cette page!

6 réflexions au sujet de « Dur, dur, d’être gras dur ! »

  1. Bravo, Bravo, Bravo.

    Dans votre note **** J’ai hâte que quelqu’un calcule précisément le % que représente le « gens travaillent pour l’Etat ou recoivent directement des subsides de l’Etat ». La dernière fois que j’ai fais l’exercice j’arrivais a 2.5M de personnes. Donc sur les 4M de personnes qui votent, 63 % n’ont donc aucun intérêt dans la rationalisation…..ce qui explique grandement le runaway train to the left…

  2. Ces anti-toutttistes ne me désespèrent pas. Au contraire plus ils manifestent, plus ils gueulent plus je m’éloigne de leur idéologie.

    Un jour je marchais paisiblement dans la rue avec un bouquet de fleurs à la main, cadeau pour ma bien-aimée, quand a foncé sur moi un cycliste enragé revenant de sa manifestation contre la violence policière (son accoutrement reconnaissable me donnait à penser qu’il revenait de la manifestation). Peu importe, je trouvais ironique qu’un piéton, fleur à la main, par une belle journée de printemps, se fasse lancer un cri de mort par un cycliste soi-disant pacifiste.

    Ceci est un autre cas où les bottines ne suivent pas la babines. Pour moi la gauche c’est ça.

  3. Mais comment a-t-on pu en arriver là? Comment notre système d’éducation a pu inculquer un relativisme qui met sur le même pied d’égalité toutes les opinions? Comment ce fait-il qu’il est de bon ton dans une université d’avoir l’air songeur en disant « je ne suis pas complotiste, mais j’ai ma propre théorie maison sans aucune base scientifique sur ce phénomène ».

    Les émotions (fuck toute) sont sur le même pied d’égalité que les études et la rationalité. « Ah, ils ont droit à leurs opinions nous vivons en démocratie ». Peut-être, mais il y a un monde de différence entre la droit de dire son opinion et la crédibilité de celle-ci. Il ne me prendrait jamais à l’idée de m’improviser critique d’art et de m’octroyer le droit et la crédibilité d’aller en parler en public, pourtant rares sont ceux qui ont cette gêne en économie. Les plateaux de télévision sont remplis d’artiste prêt à critiquer « toute » sur l’économie. J’aimerais, non je rêverais du jour où on demanderait à Martin Coiteux de critiquer à la télévision avec la même hargne les œuvres de ces artistes. Ces derniers se diraient alors : « mais qu’est-ce qu’il connait celui-là? »

    Pourtant, on va voir plein de gens, s’y connaissant que très peu en économie, aller manifester sous l’influence des émotions contre le « néolibéralisme ». Les médias vont s’empresser de mettre ces manifestations en réponses à un rapport d’universitaire sur l’économie comme le rapport Godbout.

  4. J’aimerais au moins qu’il manifeste contre les primes faramineuses données aux Thierry Vandal, Yves Bolduc et Gaétan Barrette de ce monde. Mais peu d’entre eux savent de qui je parle, peut-être? Ils voient un gros « toutte » qu’il faut « phoquer ». Ferais -je mieux à leur place? Le système éducatif les tiens souvent dans le noir et les parents ne sont pas tous équipés pour les aider à comprendre… Comprendre quoi, en fait? Que c’est la cupidité qui mène le monde? Fuck!
    Sérieusement, notre système éducatif public… Ouf… J’ai pas d’enfants, de quoi je me plains? Non, comme vous, j’aime bien le « Fuck toutte », ça résume la situation, comme un haut de coeur. Bon appétit!

  5. Côté cour… Intelligemment, intellectuellement, moralement, vous avez certainement raison. Et davantage. Côté jardin… Même s’ils disent des bêtises, et pire encore, il est quand même rassurant de constater qu’un certain nombre de jeunes pensent que la société vaut la peine qu’on se batte pour qu’elle soit meilleure. Et je ne suis pas certain qu’à leur âge, mon sens critique n’était pas beaucoup plus affiné que le leur. Bref, tant qu’ils ne posent pas de geste violent, je pense qu’il vaut mieux les inciter à mieux réfléchir que de les ridiculiser.

    1. Ne vous en faites pas trop, contrairement à la bêtise, le ridicule ne tue pas. Et puis il ne s’agit pas tant de les ridiculiser que de les critiquer pour « mieux les inciter à mieux réfléchir ». C’est beaucoup mieux, n’est-ce pas?

      Dans « FUCK TOUTE », on ne peut voir autre chose que la bêtise qui tue l’intelligence, justement. Il faut bien le dire et le redire car ce n’est malheureusement pas la première ni la dernière stupidité qu’on va lire sur des affiches dans les manifestations ou sur les murs intérieurs de l’UQAM… Cela depuis des années et, probablement, pour des années à venir…

      À notre époque où, après la chute du Mur de Berlin, l’idéologie-moralisatrice (quasi religieuse) des « Droits de l’homme » a remplacé le messianisme-prolétarien, nous sommes embourbés dans un processus sans fin d’Indignations programmées!

      La grande lutte du BIEN contre le MAL est engagée, pour le meilleur et, surtout je le crains, pour le pire. Ceux qui veulent notre bien (moral) sont habituellement très prompts à ériger des bûchers ou des goulags, bien que pour le moment ils doivent se contenter de bûchers médiatiques.

      (Une exception notable cependant : pas de compassion pour les femmes musulmanes. Dans ce cas nous avons droit à une indignation à géométrie variable! Je ne m’y attarderai pas car tout a été dit sur ce sujet. Mais les sourds n’entendent rien, pas même les cris des femmes et des fillettes qu’on martyrise…)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s