Houellebecq, l’imam Hamza Chaoui et les islamophiles radicaux

Barbie... convertie!
Barbie… convertie!

La chose m’intrigue encore un peu, mais beaucoup moins qu’avant. Tout a une explication, en effet, lorsqu’on y réfléchit un tantinet. Je parle bien sûr du phénomène de l’islamophilie, parfois radicale, courante au sein des opinions dites éclairées (les 1% de la branchitude ostentatoire!) des pays développés, libres, instruits, laïques, prospères et inlassablement occupés à s’auto-détruire.

Qu’est-ce que l’islamophilie?

C’est le fait d’aimer l’islam et/ou l’islamisme de façon irrationnelle. Dans sa version light, l’islamophilie se contente de nier que l’idée islamique puisse entrer en conflit avec les valeurs, droits et libertés venant des Lumières. Cependant, les islamophiles radicaux vont jusqu’à se porter à la défense des tueurs en série se réclamant d’Allah et de son prophète. Par exemple, ils justifient les quasi-génocides perpétrés par les assassins de l’État islamique en disant qu’on <a presque tendance à les comprendre> puisque ces tueurs sont… oui, vous avez deviné… ils sont des victimes de l’Occident!

SOUMISSION

Ainsi, le cheminement vers l’islamophilie explique le comportement de plusieurs personnages du roman de Michel Houellebecq, Soumission.

Je l’ai lu mais ne le critiquerai pas, contrairement à ceux qui l’ont critiqué mais pas lu. Je dois tout juste en dire ceci. Les personnages de Houellebecq (des mâles évoluant dans les milieux universitaires) adhèrent graduellement à l’islam par gourmandise financière, par très grand intérêt pour la polygamie (!) et par souci d’intégration sociale. Quant à la France, elle se donne un président musulman par le jeu d’une alliance électorale entre le parti islamique et la gauche socialiste.

Retenons deux de ces facteurs parce qu’ils agissent, ici et maintenant, dans la vraie vie. Un, l’islamophilie est de fait un puissant intégrateur: on n’entre pas dans les salons bien fréquentés si on se montre le moindrement critique à l’endroit de l’idée islamique. Deux, cette idée est de fait chouchoutée par la gauche, exactement pour la même raison que l’a été pendant un demi-siècle l’idée marxiste. De fait, il y a 25 ans, le regretté Jean-François Revel avait expressément prédit ce transfert de sympathie des gauches occidentales à partir du marxisme vers l’islamisme.

LA HAINE

Quelle est donc cette raison? La haine. La haine de la société occidentale en général, des Américains et des Juifs en particulier.

Cette haine est amicalement partagée par la plupart des gauches occidentales et par les preachers intégristes de l’idée islamique. <L’ennemi de mon ennemi est mon ami>, illustre ainsi Michael Walzer dans un brillant article mis en ligne par Dissent (signalé sur Twitter par @PaulJournet). Walzer explique lui aussi le phénomène par l’antiaméricanisme et par le relativisme culturel à la mode. Ainsi que par la peur panique d’être traité d'<islamophobe>, cette insulte étant en effet devenue l’arme principale des gauches islamophiles.

À Paris, les corps des caricaturistes, des juifs et des policiers massacrés étaient encore chauds lorsque les 1% de l’intellect ostentatoire ont mis en garde contre les <islamophobes>. Or, sauf erreur, ceux-ci n’ont jamais produit en France ne serait-ce qu’un seul cadavre! Les islamistes, par contre… Même remarque pour Ottawa et Saint-Jean-sur-Richelieu. Et même pour les États-Unis, où les fous d’Allah ont perpétré en 2001 le massacre le plus technologiquement efficace de l’Histoire, Boeings contre gratte-ciels: presque 3000 cadavres en moins d’une heure, un record absolu! J’ai de mes oreilles entendu dans une boutique du Plateau le soir même du 11 septembre 2001: tous les Américains vont sombrer dans l'<islamophobie> et assassiner des milliers de musulmans… dans les ruelles de Fargo (Dakota du Nord) et de Buford (Wyoming) sans doute. Quelle fut la réalité? Entre 2002 et 2011, selon le FBI, 1 388 musulmans ont été victimes de crimes haineux, sept fois moins que les juifs (9 198) et 18 fois moins que les Noirs (25 130)!

Hamza Chaoui
Hamza Chaoui

L’IMAM

Tout cela ne nous conduit pas du tout à notre imam du mois, Hamza Chaoui. Mais je parlerai de lui quand même. Pour dire ceci: notre devoir est de le laisser débiter toutes les niaiseries qui lui passent par la tête. Si le tragique épisode de Charlie Hebdo nous a appris ou rappelé quelque chose, c’est bien que la liberté d’expression est faite pour protéger, non pas les propos lénifiants, mais les propos imbéciles et/ou déplaisants -c’est devenu un cliché, je sais.

À un moment, on a cru que les nombreuses et coûteuses commissions des droits (canadienne et provinciales) sauraient nous protéger des paroles à la limite d’être dangereuses. Ça n’a pas été le cas: après des poursuites ridicules dictées par la seule rectitude politique, la crédibilité des ces commissions est aujourd’hui égale à zéro et le fameux article 13 qui les autorisait à poursuivre a été aboli.

Reste donc deux barrières. La discipline imposée par les communautés musulmanes elles-mêmes à l’endroit des imams déviants, ce qui s’est produit dans le dossier Chaoui. Et le Code criminel, qui punit l’incitation à la haine et à la violence. Le Code est d’application difficile, certes. Mais il faudra y mettre l’effort et les moyens, ce que nous n’avons pas encore fait (nulle part en Occident: à Londres et ailleurs, on a vu des manifestants se promener dans les rues avec des pancartes <Égorgeons Untel!> ou <Massacrons les infidèles!> et la police n’a rien fait).

À ce qu’on en sait, les sermons du preacher Hamza Chaoui (contre les homosexuels, les femmes, les infidèles, la démocratie) peuvent être vus comme étant à la limite de la légalité. Pour employer le langage des flics, il est donc <raisonnable de croire qu’un crime pourrait être commis> lors d’un prochain prêche. Il faut donc qu’un policier qualifié entende de proche ce prochain prêche, et les suivants, et les suivants. Pas besoin de déguiser le pauvre flic assigné à cette tâche. Il est même préférable que Chaoui sente la pression et sache qu’on ne le laissera pas déraper d’un centimètre de plus qu’il ne le fait déjà.

Ce n’est peut-être pas très élégant comme méthode. Mais les œuvres et les pompes de l’islamisme ne sont pas très élégantes non plus.

8 réflexions au sujet de « Houellebecq, l’imam Hamza Chaoui et les islamophiles radicaux »

  1. Cher vous, étrangement, il y a déjà plusieurs années, j’ai découvert cet engouement pour l’amalgame juifs/ américains et occidentaux responsables de tous les maux, votre texte m’aide a comprendre pourquoi!
    Quant à cet imam, il peut dire les conneries qu’il voudra , mais pas, les prêcher devant des jeunes , encore moins dans un centre communautaire!

  2. Excellente analyse de « l’islamophilie », cet aveuglement qui affecte les dignes et fiers descendants des intellectuels qui admiraient Staline, et ensuite Mao, et ensuite Pol Pot, et clouaient au pilori tous ceux qui osaient douter des paradis prolétaires soviétiques, chinois ou cambodgiens des années 60, 70, 80! Malgré, et surtout en dépit, de toutes les informations au contraire.
    Nos prolétaires sont tellement désappointant, n’est ce pas?
    En ce qui concerne l’autoproclamé imam Chaoui, les rodomontades du maire Coderre ne changeront rien au fait, qu’en droit municipal, l’émission d’un permis doit se faire strictement selon des critères objectifs. Conséquemment, tenter de le bloquer sur des critères subjectifs est plus que susceptible d’être débouté par les tribunaux si cet individu, qui doit pouvoir compter sur des « poches profondes », choisit de contester.
    M’enfin, on verra…
    Malheureusement, ce genre de « drame » collectif risque de se répéter encore et encore compte tenu de la pusillanimité et de la lâcheté des élus qui, contrairement aux maires, auraient le vrai pouvoir d’agir, nonobstant les Chartes, à savoir nos Couillard et cohorte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s