Churchill, Auschwitz: le meilleur et le pire

imagesauschwIl y a trois jours, on a marqué le cinquantième anniversaire de la mort de Winston Churchill (le 24 janvier 1965). Aujourd’hui, 70 ans après le fait, on se rappelle la libération par les troupes soviétiques du camp d’Auschwitz, en Pologne; c’était le 27 janvier 1945. Le lien entre les deux, c’est évidemment la Deuxième guerre mondiale. La plus meurtrière de l’Histoire. Celle où l’avenir même de la civilisation s’est joué. Celle où les repères moraux étaient à ce point clairs qu’il était impossible de ne pas voir où se trouvait le Bien et où se trouvait le Mal… ce qui ne fut pas toujours aussi évident pour les autres conflits du XXe siècle.

Un événement d’une telle ampleur et d’une telle signification a engendré le meilleur de ce que l’espèce peut produire et qui s’est incarné en un homme, Winston Churchill.  Le même événement a aussi donné Auschwitz, la pire ignominie dont la bête humaine soit capable.

Il y a mille angles sous lesquels on peut évoquer, et Churchill, et l’Holocauste. J’en choisirai un, celui de la clarté morale, parce que ce concept a depuis été noyé dans l’océan du relativisme culturel.

D’abord, Auschwitz a-t-il vraiment existé? Hein? Beaucoup le nient et beaucoup d’autres en minimisent la terrible leçon. Par exemple, en France, en ce mois de janvier 2015, on a tué des juifs dans une épicerie. Quotidiennement, on les harcèle, on les agresse, à ce point que 6000 d’entre eux comptent émigrer au cours des prochains mois. Mais les élites françaises, elles, craignent… l’islamophobie! Impressionnante perspicacité!  Éblouissante clarté morale!

imageschurchillDans la même veine, un phénomène comme Churchill serait-il possible aujourd’hui? Certainement pas. Il serait honni, méprisé, moqué, mis au ban de la bonne société. Pourquoi? Précisément à cause de sa perspicacité et de sa droiture morale. Churchill aimait passionnément sa nation (y compris dans ses entreprises impériales, parce que c’était le devoir de sa génération) et surtout sa civilisation. Sa civilisation. Sans honte. Sans excuses. Sans compromis. Dès l’arrivée d’Hitler au pouvoir, Churchill a vu juste: cet homme-là est dangereux, a-t-il prévenu. Il n’a pas dit: il faut le comprendre, ce pôvre Hitler… On a hurlé à ce moment-là: quel raciste, quel va-t-en-guerre, quel vieux débris de droite que ce Churchill!

On sait ce qui s’est ensuite passé, de la répugnante abdication de Vichy à la grandeur héroïque de la Normandie.

Aujourd’hui, faites un test. Parlez de la Deuxième guerre mondiale autour de vous. Ce qu’on fera alors, ce n’est pas le procès d’Hitler et d’Auschwitz, mais le procès des Alliés, de Roosevelt, de Truman, de Churchill, de de Gaulle. <Churchill est le plus grand criminel de l’Histoire>, m’a-t-on déjà dit. Ou encore: <Ce sont les Rothschild qui ont démarré la guerre, Hitler n’était qu’un homme de paille>. De la simple mauvaise foi au plus stupide conspirationnisme, on a droit à tout ce qu’inspire la haine de notre civilisation -sans doute la première dans l’Histoire à être détestée autant de l’intérieur que de l’extérieur.

Justement, ce n’est pas l’abyssale ignorance des faits que je déplore le plus dans ce genre de remarques. Non. Ce qui me désespère, c’est à quel point nous avons été poussés par nos élites intellectuelles à nous haïr nous-mêmes profondément, y compris dans nos plus glorieuses réalisations. À nous agenouiller devant quiconque nous déteste, nous détruit, nous assassine, nous égorge. Il faut les comprendre, ces pôvres qui nous tuent, n’est-ce pas notre faute, au fond?…

<Les civilisations ne sont pas assassinées, elles se suicident>, a dit Arnold Toynbee. Je crois, hélas, que nous ne sommes pas très loin de là.

*        *        *

Lectures intéressantes:

Paris After the Liberation 1944-1949: Revised Edition, par Antony Beevor et Artemis Cooper (non traduit en français).

The Last Lion, une biographie en trois tomes (dont deux ont été traduits en français) de Winston Churchill, par William Manchester.

5 réflexions au sujet de « Churchill, Auschwitz: le meilleur et le pire »

  1. Le Canada vend pour 15 milliards de dollars en armement à l’Arabie Saoudite pour les 15 prochaines années et l’Arabie Saoudite investi des millions dans la construction de grandes mosquées partout au Canada pour former ici des jeunes wahhabites radicaux. Et on paie en plus pour leur endoctrinement dans les écoles coraniques. Mais comme disait Georges Bush après le 11 septembre, surtout, continuez de magasiner. Tout ira bien.

  2. Il faut bien avouer que la clarté morale exigerait que nous cessions la vente d’armes à ce pays qui incarne une monstruosité pire que le nazisme. Oui l’Arabie Saoudite est un allié contre l’IS, mais c’est uniquement parce que l’Arabie Saoudite veut elle-même être à la tête du prochain califat. Il se prépare une guerre en terre musulmane pour définir qui sera à la tête de ce califat, est-ce que ce sera l’Arabie Saoudite, l’IS ou la Turquie qui place actuellement ses pions dans l’ombre. Quand ils auront réglé leur petite affaire entre eux le nouveau califat partira en guerre ouverte contre le reste du monde. Cette guerre sera très différente des guerres que nous avons connu parce qu’ils ont tous leur temps. Une petite victoire chaque jour leur suffit. Une rue à Paris, un village en Afrique, un quartier à Londres. Tranquillement ils avancent. Et notre intelligentsia bien-pensante, toujours aussi aveugle (pensez au soutien de Sartre au régime Stalinien) nie tout danger et se vautre dans le plaisir de l’autoflagellation. Ils vous dénichent une pauvre victime de notre système c’est pas trop long. Pendant qu’ils s’arment nos bien-pensants nous disent que c’est normal de s’armer contre nous puisque ces nous les méchants. Et moi, impuissant je les entends à la radio et à la télé continuellement me rabattre les oreilles qu’il ne faut pas critiquer cette religion islamique.

  3. Au Québec, peut-on compter sur nos dirigeants pour défendre les valeurs de la civilisation occidentale?

    D’un côté, je viens de lire que mon Premier Ministre juge que l’intégrisme est un choix personnel.
    http://www.ledevoir.com/politique/quebec/430054/l-integrisme-est-un-choix-personnel-juge-le-premier-ministre

    De l’autre, sa ministre de l’immigration a peur que le Québec sombre dans l’islamophobie.
    http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/politique/2015/01/27/002-kathleen-weil-islamophobie-quebec-reforme-immigration.shtml

    Lectures suggérées particulièrement à nos dirigeants:

    Neil Bissoondath, Le marché aux illusions
    Tony Judt, Postwar: A History of Europe Since 1945
    (En version française… Après-Guerre : Une histoire de l’Europe depuis 1945)

    1. Bonjour!
      D’abord, merci.
      Ensuite, je ne sais pas trop quoi répondre… Ce qui me vient à l’esprit, c’est: ‘Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement!'(Boileau) Mais ça fait un peu cliché…
      🙂
      MR

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s